Quand Challenges.fr fait la Propagande du Gaz de Schiste 2, le retour


Incorrigible rédaction de Challenges! Nous avions déjà épinglé ce torchon ultra-libéral dans un précédent article. N’écoutant que sa bêtise, un des journalistes, un des participants à cette meute a donc décidé d’enfoncer le clou avec cette sempiternelle et si facile excuse d’informer.

On débute donc par un titre subtil sans équivoque quant à l’ombre du lobby qui plane derrière.
« Pourquoi l’exploitation du gaz de schiste en France mérite un débat ».
Pour bien comprendre le parti pris – ici pas de raison, ce n’est pas un edito – retraduisons le titre par « Pourquoi sacrifier nos sols et nappes souterraines au profit de l’argent mérite un débat »
Un sujet biaisé dès le début dont le titre impose une seule réponse: Non pas de débat à cette folie humaine!

Rien à dire sur les 2O premières lignes de l’article, puis vient une phrase clé à propos de la vague populaire anti-gaz de schiste à la fin du mandat de Sarkozy:« L’émotion avait pris le pas sur la raison. »
Pour Nicolas Stiel, s’inquiéter de la pollution des sols et des nappes phréatiques c’est s’émouvoir et donc rester dans le futile. Superbe raisonnement d’un contributeur de l’encyclopédie Universalis. On comprend le succès de Wikipédia!

S’en suit un paragraphe entier de pourcentage et de chiffres à gogo sur le prix du brent, du déficit commercial de la France. Procédé classique pour noyer le poisson.
« Vous voyez comment je maitrise le sujet, vous saviez pas tout ça, alors croyez moi et suivez mon opinion! »
Pire, l’auteur joue la démagogie à fond en osant mettre dans la balance « 4 millions de ménages vivent en situation de précarité énergétique » faisant alors miroiter que laisser forer les entreprises permettra de résoudre le prix du gaz et donc d’ouvrir l’accès à l’énergie même aux plus pauvres. Ridicule.

L’avalanche de chiffres ne vous a pas suffit? Alors sortie du chapeau, une belle étude celle de l’étude de la Fondation Concorde (« Gaz de schiste, exploitons nos réserves »).
Comme par hasard une association réputée indépendante politiquement…mais dont les supporters sont plutôt la droite modérée avec des obsessions telles que « la compétitivité des entreprises et l’entrepreneuriat, tout en exigeant un Etat allégé et la réduction de la dépense publique »
Le choix des invités en 2011 confirme l’influence libérale: Luc Châtel (ministre fantoche de Sarkozy), Jean Paul Betbèze (préside entre autres l’Union des industries de la communauté européenne), Jean-Pierre Jouyet (Autorité des marchés financiers (AMF) sous Sarkozy, Bruno Le Maire (le ministre de l’agriculture de Sarkozy qui ne savait pas combien faisait un hectare en m²!), Thierry Breton (ex PDG de Rhodia, Thomson Multimédia, Orange, actuel PDG de ATOS) ou Christian Saint-Etienne (économiste…membre du conseil d’administration de Cofiroute pas sûr que l’écologie soit sa tasse de thé)!

En toute franchise
Fort heureusement pour lui, Nicolas Stiel possède au moins une qualité, la franchise :
« Cet été, des experts comme Claude Allègre et des décideurs comme Claude Perdriel (propriétaire de Challenges) ont signé des tribunes en faveur du gaz de schiste »
Claude Allègre demeure le plus influencé des scientifiques dont le métier repose sur les investissement du lobby pétrolier. Tout ce qui est bon pour Total & Cie, est bon pour ses études en géologie forcément couteuses. C’est vous dire l’honnêteté intellectuel du bonhomme, mondialement connu pour nier l’origine humaine du réchauffement climatique.
Quant à Perdriel, un « décideur » qui comme tout homme d’affaire ne pense qu’à une chose: le pognon!
Nous avons donc deux personnalités présentées comme digne de confiance qui n’ont que faire de l’écologie. Pas sûr que les exemples servent la démonstration de l’intéressé.

Pauvre Total
L’auteur cite ensuite la pauvre petite société Total obligée de se rabattre sur les pays étrangers pour exploiter le gaz de schiste, bien déçue de ne pas pouvoir se faire du beurre dans son propre pays. Un comble pour cette société construite sur le dos du contribuable français aux 12 milliards d’euros de bénéfice annuel!

La dépendance énergétique: l’atout qui tue
La dépendance énergétique, est avec l’emploi et les retombées économiques sonnantes et trébuchantes, le 3ème argument clé du lobby. Et l’auteur la détaille consciencieusement.
Il cite ainsi « Grâce au shale gas, les Etats-Unis sont désormais autosuffisants. » tout en oubliant les inconvénients écologiques. Mais nous avions bien vu et lu que cela n’était pas le propos de l’auteur.
Notamment des villages américains coupés en deux, repartis entre les pro et contre, les contre protestant de voire leur eau du robinet pollués par près de 27 produits chimiques cancérigènes, les pour généreusement acquis au lobby pétrolier par appât du gain et intérêt financier (emplois directs ou indirects). Il faut regarder plus souvent le JT d’Arté, Monsieur Stiel!
En France, ce serait la folie de ne pas exploiter cette ressource gigantesque, un don du ciel,enfin de la Terre. Penser des « 5 000 milliards de mètres cubes de réserve »: terminer les hausses du tarifs du gaz!
Et pour celles et ceux qui feraient la sourde oreille, en gros, en gras: « Une facture énergétique allégée de 10 milliards d’euros »
Si après un tel argument – 10 milliards bordel! – vous n’êtes pas prêt à sacrifier la faune et la flore, comme votre santé et celle de vos proches alors vous êtes stupide…selon Nicolas Stiel.

Faire illusion
L’auteur se voit obliger de citer les écologistes, histoire de faire illusion. Evidemment ceci est fait sous un biais à vomir ponctuant son paragraphe par « Paranoïa? Pas totalement », sous entendant que globalement les écologistes restent des paranos attardés, empêcheurs de tourner en rond et mettant en péril l’avenir énergétique et économique du pays. Rien que ça! L’auteur termine son torchon en finissant joliment par laisser la porte ouverte sur les solutions énergétiques que devra apporter la conférence énergétique. Sûr que lui même ne peut apporter grand chose à part se faire la voix de son maitre et employeur: Claude Perdriel.

Pas le seul
A la décharge de l’auteur, force est de constater que le lobby des gaz de schiste a acheté directement ou indirectement bon nombre d’apprenti journaliste et de médias. Que ce soit TF1 ou l’Usine Nouvelle, en raison de la conférence environnementale, le lobby voulait et veut avoir son mot à dire dans le pseudo-débat.
TF1.fr nous annonce un tonitruant: Le gaz de schiste pourrait créer au moins 100.000 emplois d’ici à 2020 Pourquoi pas un million, tant que nous y sommes!
Quant à l’Usine Nouvelle, la publicité GDF Suez sur le côté de l’article comme pour accéder à leur site web suffit à discréditer le magnifique « Compétitivité : Le gaz de schiste, c’est bon pour l’industrie »
Et nous avons même droit à une belle infographie, histoire de tenter de convaincre même les illettrés. (Merci à Meclalex pour l’infographie)
Une infographie dont le plus choquant reste ce chiffre bidon de 0,5% de produits chimiques et 95% d’eau, alors qu’on ignore tout de la réelle composition des saloperies chimiques nécessaires au fracking alors de la quantité exacte…

Une chose est sûr dans cette article de Challenges. Nicolas Stiel prend les gens pour des cons. A moins que ce ne soit lui, le con…

EcoloMaisJeTemmerdeJournal: Tour du Monde de l’Ecologie du Mois de Juillet


Fin du mois de juillet, il est grand temps de faire notre tour de l’Ecologie du mois! Au menu: du nucléaire, du béton, du poisson, du gaz, des semences, assaisonné d’espoir et de courage. On y va!

Energie à gogo
Pourquoi les factures d’électricité vont augmenter de 50 %
Côté nucléaire, le lobby vient de s’apercevoir qu’il n’a pas budgétisé suffisamment, ni d’éventuelles hausses des normes de sécurité (depuis la construction des centrales), ni le démantèlement, ni la gestion des déchets radioactifs. C’est dire le sérieux de ce lobby, uniquement préoccupé par le profit à court terme.
Côté hydraulique, in fine, le prix devient compétitif face au nucléaire mais c’est sans compter sur la privatisation des ouvrages pourtant propriété (car payés par) les contribuables français.
Côté éolien terrestre, l’instabilité juridique a fait baisser de 70% les implantations au premier trimestre de cette année.
Quant au photovoltaïque, il a été mis en pièce par la réduction drastique des aides et le changement des prix de revente au Kwh à EDF…
Preuve une fois encore que le Grenelle n’a été qu’un ballon de baudruche.
Le PS au pouvoir s’inscrit au milieu entre l’UMP pro nucléaire et les écolos pro-énergie renouvelable. Au PS le changement énergétique, c’est pas pour maintenant. Tout comme le courage politique.

Fukushima – Une enquête sur des compteurs de radiation truqués a été ouverte
Comme si toutes les fraudes ayant précédées et causées la catastrophe (selon le dernier rapport officiel et définitif) ne suffisaient pas, les sous-traitants de TEPCO continuent dans leur connerie la plus crasse, en jouant avec la vie des ouvriers chargés de réparer les dégâts. Un (ir)responsable d’une de ces firmes a demandé aux employés de recouvrir de plomb les dosimètres chargés justement de prévenir d’un dépassement des doses admissibles.
Pas de mort certes, mais une demande parfaitement criminelle. C’est toute une filière à rééduquer!

Pas de marge de sécurité pour payer le démantèlement du nucléaire . C’est clair, c’est dit, c’est écrit dans un épais rapport. Et on peut même enfoncer le clou avec l’Autorité de sûreté nucléaire qui précise: « il n’y a pas de marge suffisante pour couvrir les aléas et les incertitudes »
Comme disait les Inconnus dans leur sketch culte « Le nucléaire, c’est une question de confiance ». (sic!)

Tricastin: incident de niveau 1 dans une usine de transformation d’uranium d’Areva
Rassurez-vous, aucun problème. Personne n’a été blessé. L’environnement n’a pas été pollué. Tout va très bien Madame La Marquise.
« Un écart concernant la masse d’hexafluorure d’uranium contenue dans un cylindre n’a pas été détecté par les moyens de contrôle prévus à cet effet » dixit Areva.
Dans l’article de 20 minutes, relayant la dépêche AFP, on apprend à notre plus grande surprise que « cet écart de masse, bien qu’inférieur à la limite autorisée par l’arrêté préfectoral en vigueur sur le site, était supérieure à la règle interne relative »
Comment ne pas comprendre que la réglementation reste et demeure laxiste? Parce qu’en interne, l’opération du transport du petit cylindre radioactif a dû être stoppée!
Puisqu’on vous dit que ce n’est pas grave. Ayez confiance, braves gens!

Le travail c’est la santé ou… pas
Et ça continue! Pourquoi s’arrêter en si bon chemin, question Ethique: EDF se voit épinglée pour des infractions au droit du travail.
Et c’est l’ASN, confirmant les allégations de salariés sous-traitants comme des employés d’EDF syndiqués, qui tape du poing sur la table:
« Sur l’ensemble du parc en exploitation », il y a « des dépassements, parfois extrêmement importants, des limites des différentes durées réglementaires du travail, et des insuffisances de repos caractérisées ». Ceci soulève des questions d’organisation « mais aussi de santé et de sécurité ».
Pas sûr qu’Henri Proglio, soucieux de la productivité à tout prix et des dividendes des actionnaires d’EDF, comprenne le message de l’ASN, l’autorité de sécurité nucléaire.
On savait qu’à HEC, les élèves n’étudiaient pas la physique nucléaire, mais visiblement, même le droit du travail reste ignoré.
Seul compte le fric, facile, à court terme.

BTP immonde
Le Groupe Vinci s’égare dans la forêt de Khimki
La construction d’une nouvelle portion d’autoroute réalisée va détruire une partie de la dernière réserve d’oxygène situé au Nord de Moscou. Derrière le consortium sorti vainqueur d’un appel d’offres truqué dans le cadre d’un Partenariat Privé Public, on retrouve le groupe français Vinci.
En plus de la forêt menacée, c’est une des dernières rivières d’eau peu polluée, la Kliazma qui s’avère en danger, d’où la rebellion des écologistes locaux.
Tout va tellement bien que devant le tollé suscité et l’opacité de la procédure d’attribution, le président Medvedev a ordonné un complément d’enquête « d’utilité publique » tout en suspendant le projet. En parallèle, devant la non-transparence de Vinci, le groupe de BTP français a été signalé le 6 février 2012 comme « non communicant» dans le cadre du projet « Global Compact » des Nations Unies. Rien que ça!
Et quand on pense que le même groupe sulfureux construit l’aéroport de Notre-Dame des Landes, il y a de quoi s’interroger sur la probité des élus locaux soutenant le projet, et notamment notre actuel 1er ministre, Jean-Marc Ayrault…
Léonard de Vinci doit se retourner dans sa tombe, s’il voyait ce qu’on fait en son nom.

Energies Renouvelables et Stockage: l’espoir
Parmi les arguments des détracteurs des énergies renouvelables et pro-nucléaire, il y a le non-stockage de l’électricité. Et oui, à quoi bon faire de l’éolien, si la nuit ou en cas d’absence de vent, vos installations électriques ne peuvent être alimentées.
Manque de chance pour ces lobbyistes, après les pays nordiques précurseurs, l’Europe entière s’organise pour enfin donner l’impulsion sur ces technologies de stockage en finançant une batterie géante. Et cocorico, c’est l’association d’une start-up française McPhy Energy et du CNRS qui permet cette innovation.
Dans les cartons, « un modèle de 100 kg début 2013, qui permettra à des industriels de disposer d’environ deux jours de back up en énergie »
Prochain jalon, ce projet européen nommé INGRID avec 1 tonne d’hydrogène solide pour obtenir un stockage de… 39 mégawattheures (MWh).
Les pro-nucléaires peuvent toujours se faire cuire un oeuf… à l’électricité verte!

Gaz de Schiste et Forage: des trous, des petits trous, encore des petits trous
Si en France, le lobbying écolo semble porter ses fruits, aux USA, rien de tel. Bien au contraire, ne résistant pas à l’appel du pognon facile, les compagnies gazières veulent forer même… dans les cimetières.
Ici pas question de profiter des feux follets, juste des poches de gaz située en-dessous, très profond sous les tombes (sic!), grâce aux forages horizontaux.
Et l’expression creuser 6 pieds sous terre prend tout son sens…

forage Gaz de Schiste sous les tombes
Source Image: le monde.fr

De l’eau dans le gaz pour un rapport
Gaz de schiste toujours. A l’instar du nucléaire, les lobbies tout puissant s’en donnent à coeur joie pour imposer leurs idées et leurs technologies.
Ainsi promis, juré, une étude scientifique et indépendante prouvait enfin l’innocuité relative des forages. Manque de chance, le géologue Charles Groat, directeur adjoint de l’Energy Institute et premier auteur du rapport fait partie du conseil de direction de PXP, une société du lobby du gaz de schiste. Pire le « scientifique » a touché près de 1.2 millions de dollars, étant actionnaire de PXP.
C’est ce qu’on appelle être pris la main dans la poche de gaz! Inutile de vous dire qu’en plus des chiffres obsolètes détectés dans le rapport, cette étude ne vaut plus rien.

Jeux Olympiques
Vous n’y réchapperez pas et ceci pour deux raisons.
La première pour les records: JO : la chasse aux records menacée par la pollution Et oui moins d’oxygène et trop d’ozone pour les poumons, les records risquent de ne pas tomber.
En même temps, faut-il s’inquiéter pour la santé des populations (dont les athlètes)? Le 25 juillet dernier le taux d’ozone atteignait 190 microgrammes par mètre cube d’air dans certaines régions du sud de l’Angleterre, alors que l’OMS impose… 100 microgrammes.
La seconde pour le côté « vert » des jeux: quand les sponsors brouillent l’image de Jeux Olympiques « verts »
Certes des efforts nombreux ont été réalisés (les déplacements « doux (marche à pied et bicyclette), construction sur des terrains vagues dépollués, béton bas carbone et 75 % d’acier en moins pour le grand stade…). Malheureusement les pires entreprises de la planète ont financé ce grand barnum: BP, Dow Chemical (la catastrophe de Bhopal), Lakshmi Mittal, propriétaire d’ArcelorMittal, et son fils ont même été honorés de transporter la flamme olympique!
Et surtout ne dites pas à nos sportifs que Rio Tinto (maintes fois épinglé pour son non-respect de l’environnement et des droits de l’Homme) a fabriqué leurs médailles.

Agriculture
Avez vous déjà vu les publicités d’Intermarché, se vantant de sa flotte de bateaux, permettant d’avoir des prix du poisson imbattables? Et bien, les pratiques immondes que cachent ces nuées de navires industriels seront bientôt interdites: Le chalutage profond bientôt interdit en Europe
Ainsi les grands armements Scapêche (groupe Intermarché), mais aussi Euronor et Dhellemmes sont dans le collimateur des écologistes comme de Bruxelles pour leurs chaluts de fond et de filets maillants de fond, car ces moyens détruisent les écosystèmes marins.

Epandages aériens de pesticides: nous demandons une réelle interdiction L’inconscience de certains élus comme leur cupidité semble sans limite.
Ainsi en 2010, le Grenelle fantoche de l’environnement interdisait les épandages aériens de saloperies chimiques, sauf en cas de dérogation. Et comme à l’accoutumée, en France, les dérogations ont explosé prouvant une fois de plus l’inutilité de ce Grenelle.
Pourquoi s’inquiéter de ces épandages? Parce qu’ils sont synonymes de dispersion de ces biocides, littéralement tueurs de vies, dont les effets sont désastreux sur toutes formes de vies, des insectes jusqu’au consommateurs en passant par les agriculteurs, leurs familles, et les riverains des champs.
Au menu: dérèglement du système hormonal, maladie neurodégénérative (tel Alzheimer ou Parkinson), cancer, allergie etc…
Merci Bayer, Monsanto, BASF pour ne citer qu’eux! Et quand on pense que le slogan de BASF est « la chimie c’est la vie ».

Les semences de variétés traditionnelles ne peuvent plus être commercialisées
Le lobby des semenciers (dont Monsanto) a gagné une bataille mais pas la guerre. Nous vivons ainsi dans un monde où les agriculteurs (ou les particuliers) n’ont plus le droit de semer ce qu’ils veulent. Chaque semence commercialisable doit répondre à un cahier des charges « puisqu’ils impliquent que les semences soient… très peu variées. Seules des variétés hybrides F1 ou des variétés lignées, quasi cloniques, répondent à ces critères, qui ont été établis dans le seul but d’augmenter la productivité selon des pratiques industrielles » selon l’association Kokopelli.
Ridicule, injuste et nuisible à la biodiversité comme à nos libertés. Le combat continue.

Hollande défend le foie gras français face aux lobbys anglosaxons Les USA c’est mal. La France c’est bien… si on en croit les agriculteurs et les élus, question alimentation.
Malheureusement le problème, comme toujours, s’avère bien plus compliqué. Ainsi en ce qui concerne la souffrance des animaux, la France n’a pas de leçon à donner aux autres pays, que ce soit pour le gavage des oies ou pour les élevages de volaille en batterie, notre beau pays étant incapable de respecter la législation européenne pourtant bien trop laxiste.
Soit la filière trouve le moyen de faire un bon foie gras, sans faire souffrir les animaux, soit la législation doit être modifiée pour arrêter la production. Est-ce compliqué à comprendre?
Ou sinon comment critiquer le massacre des dauphins par les habitants des îles Ferroés, celui des baleines par les baleiniers japonais ou la maltraitance des chiens et chats battus pour améliorer le goût suivant les coutumes chinoises?
Question de crédibilité.

Pollution: le courage du peuple chinois
L’article Victoire pour des manifestants antipollution en Chine illustre une nouvelle fois l’adage l’Union fait la force. Car même dans une dictature communiste (qui n’a plus de communiste que le nom d’ailleurs) aussi impitoyable que la Chine, le peuple peut encore se rassembler contre des projets industriels peu respectueux de l’environnement et des élus corrompus.
En parallèle, bien intelligemment, afin d’éviter toute répression, les manifestants chinois ont diffusé des messages soutenant le parti communiste chinois.
Et quelle force! Le maire soutenant le projet d’évacuation des eaux de rejet de l’usine de pâte à papier a été partiellement dévêtu et exhibé sur la voie publique. Preuve s’il en était besoin, que la corruption a un lien étroit avec les agressions (industrielles) contre l’environnement, comme le soulignait durant la campagne présidentielle (en vain?) une certaine Eva Joly, magistrate anti-corruption.

Si l’EcoloMaisJeTemmerdeJournal du mois de Juillet était à votre goût, l’édition de juin reste disponible.

Quand Challenges.fr fait la Propagande du Gaz de Schiste


Au détour de la rubrique Economie de Google Actualités, on pouvait accéder cet après-midi à un bien curieux article issu de Challenges.fr intitulé « Faut-il s’opposer aux gaz de schiste? » D’emblée, devant un tel titre aussi provocateur, l’internaute lucide peut s’attendre à une partialité totale.
Et de déterminer alors une recette d’un article de propagande…

La recette
1/ Un titre accrocheur, provocateur à souhait, « réactionnaire », imposant de facto la « bonne » réponse.
Ainsi par « Faut-il s’opposer aux gaz de schiste? », on comprend aisément le contraire. Amusons nous à imaginer le vrai titre, plus franc, plus tranché, plus direct: « Gaz de Schiste: Qu’attend la France? », « Pourquoi il ne faut pas s’opposer aux gaz de schiste » voire un « Quels sont les cons qui s’opposent encore aux gaz de schiste? »

2/Aucun auteur.
Aux politicards – notre poissonnière pro-FN en tête – souhaitant l’interdiction de l’anonymat sur internet, que dire d’un tel article sans signature?
Pardon, nous avons bien une signature, aussi flou qu’ubuesque: « Par Challenges » lien hypertexte pointant vers un amas d’articles du même auteur collégial. Toute la rédaction de Challenges a donc dû certainement participer. On est jamais trop nombreux pour partager une daube.

3/ Une belle infographie qui résume tout et impose l’article comme seule explication logique
On y voit ainsi un graphique représentant le prix du gaz comparé entre les USA et la France. Malgré des pics à plus de 200 (base 100), le prix du gaz aux Etats-Unis a globalement diminué de 2006 à 2012 pour passer de 100 à 48 dollars. Pendant ce temps-là, en France, celui-ci a progressé par paliers suivant les autorisations des gouvernements successifs de 100 à 175 (base 100).
Comment expliquer cette différence? Par les arguments détaillés dans l’article, pardi!

Challenges.fr

Challenges.fr Propagande du Gaz de Schiste

4/Raccourcis dangereux
En seulement quatre petits paragraphes, le complexe problème énergétique se voit ici résumé. Une vraie caricature portée par deux phrases choc:
« En France, les prix, corrélés à ceux du pétrole, ont crû de 25% en deux ans. Alors qu’aux Etats-Unis, grâce au boom des gaz de schiste, ils ont été divisés par trois. »
Comprendre: Tant que la France n’osera pas le gaz de schiste, alors les Français devront accepter un prix du gaz fort et en progression!
Une issue? Aucune puisqu’il est clairement écrit que « Le gaz, l’électricité et les carburants sont des dépenses incompressibles. » et qu’ « il faudrait pouvoir transporter les gaz américains en les liquéfiant pour qu’ils influent sur les prix européens. »
Alors qu’il serait tellement plus simple de forer le sol européen pour en extraire ces fabuleuses ressources! Ah la France, ce pays de merde avec ces ordures d’écolos réfractaires…

5/ Top crédibilité: Arguments chiffrés à la clé
De vrais chiffres et des sources sérieuses crédibilisent le tout: graphique de l’Insee, avalanche de chiffres (25%, 4,4%, 10%, 5%, 10 à 26%), des sommes importantes (290 millions d’euros, 4,4 millions d’euros), des acteurs majeurs (GDF Suez) et étatiques (Etats-Unis, France, Conseil D’Etat). De quoi convaincre, pas mal de monde.

Dommage que la rédaction de Challenges oublie simplement tous les impacts environnementaux catastrophiques et irréversibles liés aux technologies de forage des gaz de schiste.
Un mensonge par omission, grave, qui prouve, une fois encore, que tout est une question de point de vue…

Comme vous l’aurez compris, ici il n’est pas question d’informer mais bien d’imposer une idée. Celle de ceux qui ont tout intérêt à faire écrire de tels torchons en opposition totale au Journalisme digne de ce nom. Du pur lobbying, honteux et abject.

P.S.: Rue89, récemment racheté par le Groupe Perdriel, osera-t-il faire un article contre son confrère Challenges, également propriété du Groupe Perdriel?

Gaz de Schiste: La Position de Nicole Bricq, Nouvelle Ministre de l’Ecologie


Bienvenue à toutes et tous dans le premier article de ce blog dédié, entre autres, à la surveillance de la présidence de François Hollande sous le prisme de l’Ecologie.

En juin 2011, la sénatrice PS de la 6ème circonscription de Seine et Marne, Nicole Bricq expliquait son positionnement à l’encontre des forages visant à extraire le Gaz et Huile de Schiste.
En plus de son opposition claire et assumée, elle expliquait aussi l’étrangeté de niches fiscales octroyées à 2 entreprises clés de ce secteur dont une dénommée « Toréador ».

Après son Grenelle fantoche, l’UMP nous confirme donc sa piètre vision de l’Ecologie comme des Finances Publiques.
Pire, signalons que l’un des administrateurs de cette société – vice-président du conseil d’administration pour être précis n’est autre que Julien Balkany, demi-frère du sulfureux Patrick Balkany, maire UMP de Levallois et proche de l’ancienne parodie de Président de la République.

Pour la petite anecdote: Dans sa biographie officielle, Julien Balkany détaille « sa vie, son oeuvre » afin de se présenter en tant que député des expatriés pour les USA et le Canada, aux prochaines législatives. Question étiquette : tendance droite et centre, non-encarté officiellement à l’UMP. (sic!)
Pendant que les forages massacrent définitivement l’écosystème, Julien Balkany se vante même d’avoir été « élu en 2008 parmi les « 30 jeunes financiers qui comptent » par le magazine américain Trader Magazine » via « son fonds d’investissement Nanes Balkany Partners, actionnaire de référence de la société pétrolière Toréador Resources ».
Et de cerner la motivation du personnage: l’argent roi.

Il y a urgence
Profitant de la cohue médiatique entourant la fin du quinquennat, à l’instar de l’infâme Jean-Louis Borloo ayant signé 17 permis de forage lors de son départ du ministère du Développement Durable, François Fillon ministre remplaçant de NKM à ces questions, a octroyé des permis de forer à Cahors.

Cette autorisation a été techniquement signée par la DREAL, Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, qui dépend Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (MEDDTL), au prétexte fallacieux d’une sémantique différente entre la technologie interdite par la loi et la proposition des industriels.
Immonde procédé.

Le changement c’est maintenant?
En tout état de cause, tant qu’une loi n’est pas votée pour interdire tous forages en vue de l’extraction de ces gaz et huiles, et ce quelle que soit la méthode utilisée, les nappes phréatiques françaises demeurent en danger.

Chère Mme Bricq, maintenant que vous êtes Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, en lieu et place de Cécile Duflot, vous n’avez plus qu’à transformer votre discours en actes! Nous serons vigilants.


MAJ 08/06/2012: Notre nouvelle ministre semble bien partie question respect des promesses puisque son ministère vient de publier la carte de France des demandes de permis de forage en tout genre (Gaz de schiste, pétrole…).
A voir ici

Plus d’infos:
Gaz de schiste : le permis de Cahors validé, la Dordogne inquiète !
La Méditerranée et l’Île-de-France, nouveaux eldorados des pétroliers ?
Les gaz de schiste vont-ils resurgir après la présidentielle ?
Gaz de schiste : à l’Assemblée, le lobbying des pétroliers
Gaz de schiste : les pétroliers texans de Toreador lorgnent sur le bassin parisien
Le Blog de L’Eau dans le Gaz
Une huile de schiste en campagne pour Borloo