Pesticide Cruiser bientôt interdit et Maya l’Abeille Presque Sauvée


C’est fou comme une élection peut changer les choses. Impôts, immigration, logement, sécurité, services publics…tous les domaines s’avèrent être touchés par un changement de mentalité.
Et au-delà de ces grands thèmes ayant agité les débats, il y a aussi les plus discrets (mais pas les moins utiles), celles et ceux qui peuvent tout changer au quotidien.
Ainsi côté agriculture, l’UMP gardienne des intérêts de la FNSEA et des lobbies phytosanitaires avait clairement donné son point de vue.


source image nature alerte

Un peu d’histoire…
En janvier 2008, les Amis de la Terre alertaient déjà le premier ministre François Fillon, la parodie de Ministre de l’écologie Jean-Louis Borloo (ex-avocat d’affaires de Bernard Tapie, signataire de permis de forage pour le gaz de schiste… c’est dire l’honnêteté!) et un certain Michel Barnier, Ministre de l’agriculture sur la décision prise par le gouvernement de l’époque : « la décision du Gouvernement (… ) de ne pas autoriser la préparation PONCHO et d’autoriser la préparation CRUISER, ( … ) préparations phytopharmaceutiques utilisées en traitement de semences de maïs »
En 2010, 2 ans et demi après son autorisation, le Cruiser reste dans le collimateur des apiculteurs et des protecteurs de l’environnement.
Car la réglementation via le protocole de suivi du Ministère de l’agriculture 2008 comportait des insuffisances majeures. Le site web de France Nature Environnement précise même que « le protocole de 2009 n’a même pas, à ce jour (en décembre 2009), donné lieu à un rapport », malgré le fait que le Cruiser soit officiellement « dangereux pour les abeilles, les oiseaux et les mammifères sauvages » et que l’AFSSA reconnaisse un taux de mortalités aigües chez les butineuses de Charente-Maritime et de Vendée.
En juin 2011, Bruno Le Maire, alors ministre de l’agriculture, le même qui ne connaît pas la signification d’un hectare, donnait son feu vert à la commercialisation du Cruiser OSR un pesticide pourtant potentiellement dangereux pour les abeilles.
A la même époque, pourtant affiliée à l’UMP, Chantal Jouanno annonçait solennellement son opposition Cruiser, tout en précisant dans la foulée que sa juridiction se limitait aux abeilles sauvages. Les abeilles d’élevage de nos apiculteurs français, elles, pouvaient toujours crever les mandibules grandes ouvertes! Preuve que les lobbies connaissent fort bien les rouages de notre administration.
Un an plus tard, jour pour jour, le nouveau gouvernement en place, fait sonné un tout nouveau son de cloche. Stéphane Le Foll, nouveau ministre de l’Agriculture, a déclaré avoir prévenu le groupe commercialisant le Cruiser OSR d’une future interdiction.
Comment dès lors ne pas s’étonner de deux avis aussi diamétralement opposés?
Paradoxalement, ce revirement est dû à l’étude commandée par Bruno Le Maire à l’Anses (l’agence sanitaire pour l’alimentation et l’environnement) sur laquelle s’est appuyée son successeur, une étude aux résultats amplement suffisants pour sonner le glas de cet énième poison des abeilles.

Deux camps s’opposent: l’écologie contre l’argent roi
Comme d’habitude, côté écologiste, le sourire est sur toutes les lèvres, alors que côté agriculteurs, et plus précisément, Gérard Tubery, le président de la Fédération des producteurs d’oléagineux et de protéagineux, on s’étonne d’une décision « disproportionnée par rapport aux conclusions du rapport de l’Anses », pénalisant la France vis à vis de ses concurrents européens.
Ce monsieur, forcément partial, oublie pourtant que les premières victimes de ces pesticides, ces biocides pour être précis, ces tueurs de vie donc, restent et demeurent les agriculteurs eux-mêmes!
A l’instar du président de la FNSEA, ce syndicaliste agricole préfère donc la compétitivité et la productivité de l’agriculture française…à la santé de nos agriculteurs.
Le syndicat majoritaire chez les agriculteurs, la FNSEA, au passé judiciaire sulfureux, a toujours été plus préoccupé par le non-gaspillage de ces produits toxiques couteux que par la santé des consommateurs ou celle des agriculteurs et de leur famille! Pour preuve les dernières études sur le fléau Alzheimer et Parkinson qui touche cette catégorie socio-professionnelle plus que le reste de la population française.

Petit rappel nécessaire sur les pesticides…
Rappelons ainsi que le « Cruiser » tout comme le « Protéus » du concurrent Bayer Crop Science sont des neurotoxiques systémiques, en clair, qui attaquent le système nerveux de la cible. Une cible qui peut devenir l’Homme suivant la dose et la fréquence de l’exposition à cette monstruosité chimique. Pas étonnant ensuite de lire alors « Plus d’Alzheimer chez les Agriculteurs »
Ces pesticides sont chargés de « protéger » les cultures, respectivement, de maïs et de colza. La particularité du Protéus: contrairement aux autres produits, il se présente sous la forme d’une substance à répandre sur les cultures et non comme un enrobé des semences.
Non seulement le Protéus possède les mêmes défauts que le Gaucho (également fabriqué par Bayer) et le Cruiser (Syngenta) mais en plus, le fait qu’il soit utilisé à destination du colza, une source majeure de pollen pour les abeilles, accentue le drame écologique qui risque de faire de véritables hécatombes dans les colonies.

« Cruiser » et « Protéus » demeurent dans la même lignée du Gaucho, dont l’autorisation de mise sur le marché a d’ailleurs été retiré en 2004 en France.
A propos du Gaucho, suite à la polémique, 5 ans après la suspension pour le traitement des semences de tournesol, Hervé Gaymard alors ministre de l’agriculture annonça finalement en 2004 l’interdiction Gaucho comme traitement de semences du maïs. Une lutte malheureusement vaine dans la mesure où le lobby de la mort chimique utilisa tout son réseau pour noyauter le parlement européen et obtenir la réévaluation de cette substance par la Commission européenne en 2006.
2 ans plus tard, en 2008, notre Wikipédia préféré précise même que « la Commission Européenne a inscrit l’imidaclopride à l’annexe I de la directive 91/414/CEE, ce qui revient à autoriser les États membres à incorporer cette substance active dans les préparations bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché sur leur territoire. »
Parallèlement en France, « le Confidor (encore de Bayer) qui contient la même matière active que le Gaucho est autorisé en France, en dehors des périodes de floraison sur abricotier, pêcher, prunier, sans que des impacts sur les abeilles soient signalés « .
Qui a encore gagné?

Car comme toujours avec le lobby phytosanitaire, la réglementation est très… complaisante! Ainsi les tests sont effectués sur chacune des molécules, prises séparément pour vérifier ou non leur innocuité. Mais le mélange de deux composés (ou plus) n’est pas pratiqué. Or c’est justement ce mélange qui accroit l’efficacité mais aussi la toxicité et les effets secondaires dans le biotope où le pesticide est répandu.
Grâce à ce genre de pratique, issu d’un intense travail de lobbying auprès de nos parlementaires, le laboratoire Monsanto tristement célèbre a ainsi pu en toute tranquillité distribué son mélange Round-Up, toxique, cancérigène et non biodégradable (contrairement à sa publicité) durant des décennies.
Et oui l’os de Rex n’était pas si propre que ça, depuis Rex est certainement même mort, mais Monsanto est riche!

…et sur la puissance des lobbies
Vous pensez que l’influence du lobby phytosanitaire s’arrête aux pesticides ou aux OGM? Que nenni! Voyez la vaccination des troupeaux: 38 éleveurs de la Vienne font l’objet d’une enquête judiciaire parce qu’ils ont refusé de vacciner leur troupeau.
Étrangement le vaccin ne devrait pas être obligatoire dans la mesure où certaines bêtes ont même développé une parade naturelle via leur système immunitaire. Mais le lobby, aidé par l’Etat avec dans sa main gauche, ses primes pour la vaccination, et dans sa main droite et d’éventuels procès, fera tout pour calmer les récalcitrants et les obliger à payer pour vacciner de force leurs bêtes, malgré une potentielle dangerosité du traitement! Le pot de fer contre le pot de terre.

Bayer, Syngenta (fusion de AstraZeneca et Novartis) comme Monsanto, et toutes ses entreprises du phytosanitaire devraient être classées « entreprises coupables de crimes contre l’Humanité ». Problème: elles le font en toute impunité et trop souvent, dans la plus parfaite légalité avec l’aide complice de politiciens véreux, cupides et irresponsables.
Au risque de tuer les abeilles sans qui l’Humanité serait définitivement anéantie, et ce, en quelques mois.

Si la menace du Cruiser OSR va bientôt de prendre fin, grâce à cette politique salvatrice de changement, la vigilance sur les autres pesticides reste d’actualité!

Sources et autres infos:
Syndicat des Apiculteurs Professionnels de Bretagne
La France autorise le Cruiser OSR, un pesticide potentiellement dangereux pour les abeilles
La France va interdire le pesticide Cruiser pour protéger les abeilles
L’étrange silence des abeilles

Publicités