Scandale: Nicole Bricq remplacée par Delphine Batho et Shell en Guyane reprend les forages!


La polémique n’aura pas tardé à enfler. Nicole Bricq, ministre de l’écologie et du développement durable du gouvernement Ayrault I, a été remerciée et remplacée par une certaine Delphine Batho.
Une surprise totale puisque Mme Bricq avait si bien travaillé pour la protection environnementale en un minimum de temps:
– interruption de tous les permis de forage de gaz de schiste en France
– suspension du permis de forer pour Shell en Guyane

Jean-Vincent Placé, chef de file d’Europe Ecologie-Les Verts au Sénat, président du premier groupe parlementaire écologiste de la République, a qualifié de « premier bémol » un tel changement de portefeuille gouvernemental.
Tandis que Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, et pompier volontaire, a essayé d’éteindre l’incendie:
« Dans le contexte qui est celui de la France d’aujourd’hui, je ne crois pas que le Commerce extérieur constitue un enjeu moins important que l’Ecologie »
C’est à voir, Mme Vallaud-Belkacem: la santé ou l’emploi? une catastrophe écologique ou les milliards de dollars du pétrole?

Devant un tel changement, comment ne pas y voir alors l’ombre du lobby pétrolier plus qu’une réelle volonté de Mme Bricq voire – si nous cherchons la petite bête – l’obligation de caser une proche de Ségolène Royal (si martyrisée ces temps-ci) à un poste clé?
D’autant plus que la polémique se transforme en véritable scandale puisque dans la journée, on apprenait que le gouvernement autorise de nouveau le forage de Shell en Guyane, mettant alors les écolos en colère!
« On vient de louper un geste fort du gouvernement et une avancée du code minier » a déclaré Christian Rougé, coordinateur de Guyane Nature Environnement… un code minier que voulait justement modifier Mme Bricq!

La question se pose alors: Madame Bricq était elle trop honnête, trop compétente?
Et la presse de s’emparer de ce remaniement Comment le pétrole de la Guyane a eu raison de la ministre de l’écologie.
Remaniement-revirement qui rappelle forcément un certain Jean-Marie Bockel, ministre de la coopération voulant mettre (trop) un terme à la fructueuse Françafrique et… viré par Sarkozy.

Delphine Batho
Delphine Batho – Source Wikipédia, auteur David Monniaux

Quid de Mme Batho?
– Sa probité peut facilement être mise en doute en raison de la polémique suscitée par son occupation dans un logement de 108 m2 dans le 19e arrondissement de Paris, loué pour 1 524 euros par mois. C’est sa nomination au gouvernement qui l’obligera à annoncer son départ. Un comble qui démontre encore que tout ce qui est parfaitement légal n’est pas forcément moral.
Et après 5 ans de National Sarkozism, il est grand temps de remettre de la moralité et de l’Ethique en Politique!
– L’écologie ne s’avère pas être sa spécialité. En effet, son cœur de métier serait plutôt la sécurité appris sur le tas en compagnie d’un certain Julien Dray (qui n’est pas non plus un modèle de moralité cf. son rappel à la loi pour 7000 euros) puis via l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice INHESJ

Mme Bricq, elle, avait pour avantage d’avoir publié un rapport parlementaire sur les relations entre fiscalité et environnement demandant le renforcement du principe « pollueur-payeur », et ce, dès 1998.

Pas sûr que Mme Batho soit ainsi la bonne personne à la bonne place, bien au contraire!
En tout état de cause, de par ce remaniement et cette reprise honteuse de forage (pensez donc 300 millions de barils et un coût de projet entre 5 et 10 milliards de dollars!) , notre vigilance sur le dossier de l’écologie pour le mandat de François Hollande n’en sera que d’autant plus grande.

Carton Jaune, Mr Hollande!

Sources:
Comment le pétrole de la Guyane a eu raison de la ministre de l’écologie
L’Afrique espère la fin de la « Françafrique » avec l’arrivée de Hollande
Wikipédia Julien Dray et Delphine Batho

Publicités

Gaz de Schiste: La Position de Nicole Bricq, Nouvelle Ministre de l’Ecologie


Bienvenue à toutes et tous dans le premier article de ce blog dédié, entre autres, à la surveillance de la présidence de François Hollande sous le prisme de l’Ecologie.

En juin 2011, la sénatrice PS de la 6ème circonscription de Seine et Marne, Nicole Bricq expliquait son positionnement à l’encontre des forages visant à extraire le Gaz et Huile de Schiste.
En plus de son opposition claire et assumée, elle expliquait aussi l’étrangeté de niches fiscales octroyées à 2 entreprises clés de ce secteur dont une dénommée « Toréador ».

Après son Grenelle fantoche, l’UMP nous confirme donc sa piètre vision de l’Ecologie comme des Finances Publiques.
Pire, signalons que l’un des administrateurs de cette société – vice-président du conseil d’administration pour être précis n’est autre que Julien Balkany, demi-frère du sulfureux Patrick Balkany, maire UMP de Levallois et proche de l’ancienne parodie de Président de la République.

Pour la petite anecdote: Dans sa biographie officielle, Julien Balkany détaille « sa vie, son oeuvre » afin de se présenter en tant que député des expatriés pour les USA et le Canada, aux prochaines législatives. Question étiquette : tendance droite et centre, non-encarté officiellement à l’UMP. (sic!)
Pendant que les forages massacrent définitivement l’écosystème, Julien Balkany se vante même d’avoir été « élu en 2008 parmi les « 30 jeunes financiers qui comptent » par le magazine américain Trader Magazine » via « son fonds d’investissement Nanes Balkany Partners, actionnaire de référence de la société pétrolière Toréador Resources ».
Et de cerner la motivation du personnage: l’argent roi.

Il y a urgence
Profitant de la cohue médiatique entourant la fin du quinquennat, à l’instar de l’infâme Jean-Louis Borloo ayant signé 17 permis de forage lors de son départ du ministère du Développement Durable, François Fillon ministre remplaçant de NKM à ces questions, a octroyé des permis de forer à Cahors.

Cette autorisation a été techniquement signée par la DREAL, Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, qui dépend Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (MEDDTL), au prétexte fallacieux d’une sémantique différente entre la technologie interdite par la loi et la proposition des industriels.
Immonde procédé.

Le changement c’est maintenant?
En tout état de cause, tant qu’une loi n’est pas votée pour interdire tous forages en vue de l’extraction de ces gaz et huiles, et ce quelle que soit la méthode utilisée, les nappes phréatiques françaises demeurent en danger.

Chère Mme Bricq, maintenant que vous êtes Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, en lieu et place de Cécile Duflot, vous n’avez plus qu’à transformer votre discours en actes! Nous serons vigilants.


MAJ 08/06/2012: Notre nouvelle ministre semble bien partie question respect des promesses puisque son ministère vient de publier la carte de France des demandes de permis de forage en tout genre (Gaz de schiste, pétrole…).
A voir ici

Plus d’infos:
Gaz de schiste : le permis de Cahors validé, la Dordogne inquiète !
La Méditerranée et l’Île-de-France, nouveaux eldorados des pétroliers ?
Les gaz de schiste vont-ils resurgir après la présidentielle ?
Gaz de schiste : à l’Assemblée, le lobbying des pétroliers
Gaz de schiste : les pétroliers texans de Toreador lorgnent sur le bassin parisien
Le Blog de L’Eau dans le Gaz
Une huile de schiste en campagne pour Borloo